retour

 

3e mercredi de Pâques
7e semaine de confinement

Les paroissiens de la Vallouise, de l'Argentière et de Rame unis dans la prière

Chers amis,

Cette semaine, l'Évangile nous rappelle la multiplication des pains et l'enseignement du Christ sur le pain venu du ciel. Si la liturgie a choisi de nous présenter ces textes maintenant, c'est bien pour signifier le lien qui existe entre cette nouvelle nourriture et le mystère pascal. Lorsque Notre Seigneur dit qu'il est ce pain venu du ciel, celui qui nous rassasiera éternellement, sans péremption !

Cette nourriture divine a de quoi nous intriguer. D'ailleurs à son époque, lorsque le Christ s'est déclaré nourriture pour notre corps et notre âme, de nombreux auditeurs s'étaient scandalisés qu'un homme puisse se donner lui-même à manger. Ainsi, nous, chrétiens, nous mangerions notre Dieu.

Ce n'est que le mystère pascal qui nous éclaire sur cette folie. En effet, si le Christ qui se donne en nourriture au moment où il entre dans sa passion, n'était pas ressuscité le troisième jour, cette nourriture n'aurait pas de véritable valeur. Elle serait un repas de mémoire de la présence du Christ parmi nous. Il est intéressant de noter qu'encore aujourd'hui de nombreux chrétiens, y compris des catholiques, considèrent toujours ce partage du pain de cette manière.

Le mystère de la foi est insondable et nous risquons de perdre de vue l'intention du Christ. Lorsqu'il nous dit être le pain vivant et qu'il concrétise, le soir de la cène, ses dires en donnant à manger son corps et à boire son sang aux apôtres, il ne s'agit pas de nourrir simplement leur corps. Les autres mets sur la table y suffisent largement. C'est une nourriture spirituelle qui leur est donnée. Celle-ci dépasse donc les qualités nutritives propres du vin et du pain, elle est désormais plus que ce que nos sens peuvent y percevoir.

Nous croyons que le pain et le vin deviennent le vrai corps et le vrai sang du Christ. Nous le croyons d'autant plus que par sa résurrection, Notre Seigneur nous révèle la capacité divine qu'il possède d'agir sur la matière. L'humanité et la divinité du Christ n'ont pas cessé d'être lors de sa mort et le corps inerte et prêt à se décomposer a été rendu à la vie par la réintégration de l'âme et de la divinité du Christ. Ainsi le Christ, verbe créateur, manifeste à notre intelligence qu'il peut transformer l'être et le devenir de la matière.

Ainsi, cette nourriture promise, nouvelle manne de son peuple, Notre Seigneur nous la rend disponible avec abondance lorsque les successeurs des apôtres et les ministres qu'ils appellent et ordonnent renouvellent les gestes et paroles du Christ. Lorsqu'avec foi et dans l'intention de renouveler l'offrande sacrificielle du Christ, ils prononcent sur le pain et le vin les paroles enseignées par Notre Seigneur, celui-ci transforme une nouvelle fois la matière pour y être présent.
Le corps et le sang du Christ présent derrière les apparences du pain et du vin doivent être l'objet pour nous d'une grande vénération. Notre foi nous y conduit avec force. Si notre foi est faible, n'oublions pas que ce n'est pas elle qui rend présent Dieu dans l'eucharistie, mais bien la promesse du Christ. Même si le prêtre avait peu de foi, même s'il doutait de la réalité qui s'accomplit à travers lui, pourvu qu'il accomplisse ce que le Christ nous a révélé avec une intention droite, le Christ se rendrait malgré tout présent dans le pain et le vin.

En cette période de confinement, nous sommes privés matériellement de ce pain du ciel et des mérites du sacrifice qui se renouvelle dans chaque eucharistie. Mais nous pouvons en vivre encore spirituellement. En cultivant d'abord le grand désir de recevoir Jésus dans l'hostie, et en s'unissant aux messes qui sont célébrées partout dans le monde et particulièrement sur notre paroisse. Si cela peut nous aider, nous pouvons les suivre sur internet ou à la télévision, certes, ces messes télévisées ne remplacent pas notre heureuse assistance à l'eucharistie, mais elles contribuent à nous unir à la passion, mort et résurrection du Christ.

Gardons courage et persévérons dans notre vie spirituelle, le Seigneur qui sonde les reins et les cœurs connaît nos souffrances et ne manquera pas de nous apporter son aide et sa grâce.

 

Nous accompagnons de nos prières tous ceux qui ne négligent aucun effort pour nous permettre de sortir de cette crise, participons, nous aussi, à cette lutte de toutes nos forces. Prions pour ceux qui sont morts éloignés de leur famille, de leurs amis. Prions pour ceux qui combattent dans leur corps ce terrible fléau. Prions pour ceux qui trouvent le confinement difficile à supporter.

Abbé Edouard Le Conte

 

 

Quelques prières pour une communion spirituelle

Mon Jésus, je t'adore dans le Saint-Sacrement de ton amour,
désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que t'offre mon cœur.
En attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, Ô mon Jésus, pour que je vienne à Toi.
Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et pour la mort.
Je crois en toi, j'espère en toi, je t'aime.
Amen.


Je crois, mon Jésus, que tu es réellement présent au très Saint Sacrement de l'autel.
Je t'aime par-dessus toute chose et je désire ardemment te recevoir dans mon âme.
Puisque je suis incapable de Te recevoir de façon sacramentelle, entre au moins spirituellement dans mon cœur.
Je T'embrasse comme si Tu y étais déjà et je m'unis entièrement à Toi.
Ne permets jamais que je sois séparé de Toi.
Amen.


À Tes pieds, ô mon Jésus, je me prosterne et je T'offre le repentir de mon cœur contrit qui demeure dans son néant et en Ta sainte présence.
Je t'adore dans le Sacrement de Ton amour, l'ineffable Eucharistie.
Je désire te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t'offre.
Dans l'attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, ô mon Jésus, que je vienne à Toi.
Que Ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et pour la mort.
Je crois en toi, j'espère en toi, je t'aime.
Amen.

 

 

Regina Cæli

Reine du Ciel, réjouissez-vous, alléluia
car Celui que vous avez mérité de porter dans votre sein, alléluia
est ressuscité comme Il l'a dit, alléluia
Priez Dieu pour nous, alléluia.

V. Soyez dans la joie et l'allégresse, Vierge Marie, alléluia.
R. Parce que le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.

Prions:

Dieu, qui, par la Résurrection de Votre Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, avez bien voulu réjouir le monde, faites-nous parvenir, par la prière de la Vierge Marie, sa mère, aux joies de la vie éternelle. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

 

Nous prions particulièrement pour 

  • Liliane, de l'Argentière, qui entre en rééducation et convalescence à Rhône Azur, Briançon.
  • Anne-Marie Ferraris, femme du diacre de Briançon Pierre Ferraris
    qui reçoit des soins intensifs en ce moment même pour lutter contre le coronavirus
  • Elise Bonnet, de Freissinières qui nous a quitté le 18 avril dernier.

ND

Notre-Dame de Beassac

 

 

Avec ferveur, demandons à la Reine du Ciel de nous ouvrir le cœur de son Fils :

Ô Marie, tu brilles toujours sur notre chemin
comme un signe de salut et d'espoir.
Nous nous confions à toi, santé des malades,
qui auprès de la croix, a été associée à la douleur de Jésus.

En restant ferme dans la foi, toi, refuge des pécheurs,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes sûrs que tu y pourvoiras pour que,
comme à Cana, la joie et la fête reviennent après cette épreuve.

Aide-nous, Vierge du Laus, à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances et s'est chargé de nos douleurs
pour nous conduire, à travers la croix, à la joie de la résurrection.
Amen

D'après une prière du pape François contre l'épidémie

Sous ta protection, nous trouvons refuge, Sainte Mère de Dieu.
Ne refuse pas la prière de tes enfants dans l'épreuve,
mais délivre-nous de tout danger.
Ô Vierge glorieuse et bénie.

 

 

méditation 13 : version en pdf pour l'impression ( 4 pages)

retour